Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 08:35

Faire une nouvelle ville à partir de ce qui est déjà une agglomération urbaine dans sa continuité bien réelle, c’est à la fois possible et nécessaire. Au bout de dix années de reconnaissance mutuelle et de négociation, après un vote massif de la population, Dunkerque (45000 habitants) et Grande Synthe (12000) se sont mariés en 2011, devenant une agglomération plus forte et mieux reconnue. Pourquoi pas Cognac et Chateaubernard, notre ville en déclin à bien des égards et une commune plus ancienne historiquement mais devenue peu à peu périphérie de sa grande voisine.

Comparons les avantages et les inconvénients en commençant par les atouts d'un tel mariage.

- La nouvelle commune fusionnée passe de moins de 20 000 habitants à 24 000 et commence à faire jeu égal avec sa voisine Saintes.

- Les budgets municipaux en sont changés et les dotations de l'Etat revigorées.

- La capacité de résistance aux décisions défavorables de l'Etat augmente dans le domaine scolaire et des équipements en général.

- L'unité urbaine plutôt chaotique actuelle peut retrouver une grande cohérence dans la diversité de l'occupation de ses sols. La même commune dispose alors de nombreuses zones industrielles, artisanales et commerciales au Nord et au Sud, d'une base aérienne qui porte déjà les 2 noms, d'hôtels très variés en gamme et en situation géographique et de sites naturels particulièrement riches, vallée de la Charente, vallée de l'Antenne, falaises de l'Echassier, ruisseau des Corbières et embouchure de la Soloire sans oublier le Parc François 1er et le Bois du Portail, deux dolmens, etc.

- Loin de se faire concurrence, si l'affaire est bien conduite en prenant son temps, les publics des activités culturelles, artistiques, sportives et associatives en général se multiplient ; de nombreux exemples l’ont déjà prouvé et le mélange est en cours.

On me dira que c'est diminuer le nombre total des conseillers municipaux bien sûr, mais grâce à la démocratie en plein essor des conseils de quartier, cela ne serait pas autre chose que quelques places perdues sur des cartes de visite et regagnées dans des engagements plus efficaces sur tous les autres terrains. Surtout si on y ajoute la consultation systématique des citoyens sur les grandes options d'aménagement, au lieu de "bricoler" chacun dans son coin. C'est d'ailleurs ce que tente de faire la Communauté de communes, handicapée par son absence de légitimité démocratique directe. 

On connaît déjà Buda-Pest, Matha-Marestay, Cherves-Richemont, pourquoi pas Cognac-Chateaubernard ? Faire de deux villes plutôt stagnantes voire en déclin, une seule ville plus grande, mieux organisée, plus attractive à l'avenir prometteur. L'affaire mérite réflexion si l'on sait que gouverner c'est prévoir. Et voir loin dans un avenir qui sera très différent d'aujourd'hui, avec d’énormes contraintes écologiques notamment sur les transports, les énergies, la biodiversité, l’habitat.

Oser emprunter un chemin nouveau et rassembleur, dans l'esprit de Jean Monnet ?

Partager cet article
Repost0

commentaires